Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

BD

BD

la grande odalisqueSuivez les aventures de cambrioleuses pas comme les autres. Spécialisées dans les œuvres d’art, on suit les trois héroïnes au gré de leurs missions entre négociations avec les commanditaires, courses poursuites et séduction.

Leur nouvelle mission est périlleuse : dérober La Grande Odalisque au musée du Louvre. Pour réussir, elles devront prendre des risques, mettre tous leurs atouts en commun et compter les unes sur les autres.

Vivès, Rupert et Mulot nous livrent un récit plein de suspense inspiré de l’animé japonais Signé Cat's Eyes.

A découvrir également la suite par les mêmes auteurs : Olympia.

collaboration horizontale

« Oh si, Virginie chérie, il y a très longtemps je suis « tombée » très fort… »

Une grand-mère raconte à sa petite fille sa plus belle histoire d’amour. Une histoire apparemment impossible avec un soldat allemand pendant l’Occupation.

Mais ce retour dans le passé est l’occasion aussi pour le lecteur de se plonger dans une époque et de suivre le destin des voisins de cette héroïne.

Les mots me manquent pour parler de cette bande dessinée. Tant elle m’a remuée. Dès la couverture et cette jeune femme qui dissimule dans son ombre un immeuble et un cœur qui bat, j’ai été conquise. Certes, l’idylle entre une Française et un Allemand pendant la Seconde Guerre mondiale a déjà été maintes fois traitée. Certes, les accommodements plus ou moins minables en temps de conflit avec les vainqueurs ont déjà été évoqués. Tout comme les rafles ou les dénonciations.

Mais le duo Navie et Carole Maurel parvient quand même à renouveler le propos en apportant une sensibilité, une délicatesse et une justesse à ce thème. Et cela fait toute la différence. On se perd dans ses bulles, dans ses pages déstructurées qui épousent au mieux les émotions des protagonistes.  Des cœurs battent, s’emballent/Des regards se font noirs/Des gens s’effacent….

Bref, vous l’aurez compris : cet ouvrage est une PEPITE ! A ne pas rater !

differenceInvisibleMarguerite est une jeune femme de 27 ans qui mène une existence bien réglée où les imprévus n’ont pas leur place. Le bruit ambiant la fait souffrir. Elle ne comprend pas les codes sociaux et se retrouve donc parfois dans des situations très gênantes. Lassée de rendre sa différence invisible, elle décide de comprendre un jour pourquoi elle ne rentre pas dans le moule de la normalité. Et, suite à une recherche sur Internet, elle découvre qu’elle est sans doute atteinte du syndrome d’Asperger.  Débute alors pour elle un tout processus d’adaptation, tant pour son entourage amical que professionnel.

J’ai beaucoup aimé la découpe de cet album, cet avant/après diagnostic du syndrome qui permet de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de cette forme d’autisme.

Julie Dachez est elle-même atteinte d’Asperger et, sous les traits de Marguerite, elle nous décrit son parcours. Tour à tour, on est indignés, émus, en colère…Toute une gamme d’émotions qui nous transperce et qui est accentuée par le travail de Mademoiselle Caroline, l’illustratrice. Par un jeu de coloris, par une découpe des cases, elle épouse au mieux les mots si justes et si touchants de la narratrice.

Bref, vous l’aurez compris : je ne saurais que vous recommander la lecture de cet ouvrage qui changera forcément votre regard.

charlotte et moiGus et sa maman viennent de s’installer dans un petit village. Mais le jeune garçon a du mal à s’habituer à sa nouvelle existence et se languit de Paris et de son père. Pour combler son ennui, il observe les allées et venues de ses voisins et notamment de Charlotte, une femme introvertie qui vit repliée sur elle-même.

De son côté, Charlotte se repasse toujours le même film dans sa tête : celui du départ de sa mère et de son abandon chez sa grand-mère.

Au même étage, un braqueur se dissimule et guette le moment opportun pour s’échapper.

Autant de destins qui s’entrecroisent dans cet immeuble et ce village apparemment sans histoires. Mais une succession de hasards et d’incidents vont faire naître une complicité entre Gus et Charlotte et les pousser à emprunter la route de leurs rêves.

J’ai été immédiatement intriguée par cette couverture et par ces deux silhouettes de dos qui semblent marcher dans la même direction. Puis, j’ai ouvert cet album et la magie a opéré. J’ai été frappée par la délicatesse et la sensibilité des mots, par le schéma narratif (ou comment l’auteur parvient à tisser des liens improbables, à passer aisément d’une séquence à l’autre et à relancer sans cesse notre intérêt) et par ces personnages à la fois ordinaires et extraordinaires.

Bref, vous l’aurez compris : je ne peux que vous recommander cette jolie pépite. Vivement le tome 2 !!!

lile louvreDécouvrez le musée du Louvre comme vous ne l’avez jamais vu !

Visitez l’un des musées les plus célèbres au monde devenu une île où l’on accède en bateau, à travers les yeux de Florent Chavouet.

L’auteur parcourt le musée en suivant les réactions et les commentaires des touristes français et étrangers face aux œuvres.

Florent Chavouet a le don de trouver la réplique qui fait mouche et de croquer les différents types de touristes qu’on a pu nous même rencontrer une fois dans notre vie.

Les illustrations fourmillent de détails et on apprend beaucoup de choses sur le musée et des anecdotes des gardiens de salle et conférenciers parfois un peu farfelues !

Une bande dessinée culturelle et drôle à la fois !

Retrouvez d’autres collaborations d’auteurs de bandes dessinées avec le musée du Louvre aux éditions Futuropolis pour découvrir ce célèbre lieu sous un angle différent :

Les Fantômes du Louvre d’Enki Bilal

Le Ciel au-dessus du Louvre de Jean-Claude Carrière et Yslaire

Le Chien qui louche d’Etienne Davodeau

Les Gardiens du Louvre de Jirô Taniguchi.