Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Cinéma

fils2« Les Fils de l’homme » d’Alfonso Cuarón (qui a notamment réalisé « Gravity ») voit le jour en 2006. L’intrigue se déroule en 2027 ; l’humanité est devenue infertile et vient de perdre son plus jeune membre. C’est dans un monde chaotique et une société en perdition que le personnage principal, incarné par Clive Owen, doit préserver un miracle : une jeune fille doit donner naissance à un enfant pour la première fois depuis de nombreuses années.

Inspiré du roman éponyme de P.D. James paru en 1992, ce film mélange subtilement la science-fiction, l’anticipation et le thriller. Le suspense haletant et la mise en scène impeccable n’altèrent en rien la profondeur du propos très actuel. Le spectateur est partagé, tout au long du film, entre espoir et pessimisme, divertissement et réflexion, science-fiction et réalisme.

Beau et émouvant, ce bijou peut difficilement laisser le spectateur de marbre.

 

 

427337Au volant de sa voiture, un homme se retrouve enseveli sous un tunnel. S’ensuit alors une titanesque opération de sauvetage dont vont très rapidement s’emparer les médias et politiques.

Kim Seong-hun, figure émergente du cinéma de genre sud-coréen, signe ici un film réussi et ambitieux qui réunit les mécanismes du drame, du thriller et du film catastrophe. Le suspense quant à la survie ou non du personnage principal dans ce tunnel effondré (claustrophobes s’abstenir !) ponctue également le film du début à la fin. Le choix de dresser un portrait peu reluisant de la société sud-coréenne met en avant les comportements absurdes des secouristes, médias et politiques.

5Grand gagnant des Oscars 2017 (il a obtenu celui du meilleur film, du meilleur second rôle et du meilleur scenario adapté) « Moonlight », tiré d’une pièce de théâtre, est une œuvre bouleversante qui suit le parcours difficile de Chiron, un jeune afro-américain de Miami. Les thèmes abordés et l’univers évoqué (homosexualité, drogue, pauvreté et délinquance) auraient pu faire sombrer rapidement ce film dans le misérabilisme et c’est en cela que « Moonlight » est exceptionnel. Car jamais il ne trébuche et demeure toujours pudique, sensible et intelligent. C’est un long métrage profond et marquant qui, tout en parlant de déterminisme social et d’acceptation de soi, dresse le magnifique portrait de l’âme bouleversée d’un homme. Un chef d’œuvre !

01Véritable hommage ou héritier du premier « Alien », « Life : Origine inconnue » raconte la découverte par des membres de l’équipage de la Station Spatiale Internationale d’une vie extraterrestre sur la planète Mars. Ils décident de la ramener à bord de la station.

Huis-clos étouffant et horrifique reprenant la trame du film de Ridley Scott réalisé en 1979, "Life :  Origine inconnue" est porté par une mise en scène nerveuse et des comédiens chevronnés (notamment Jake Gyllenhaal et Rebecca Ferguson). Les scènes en apesanteur captées par des mouvements de caméra fluides et amples font écho au film « Gravity » et à ses avancées techniques au niveau des effets spéciaux. Grande aventure spatiale, ce film efficace à la fin diablement oppressante comblera les amateurs de science-fiction !

perfectblueFilm culte de l’animation japonaise sorti en 1997 dans la vague des animes « adultes » de cette époque (« Akira », « Ghost in the shel »l etc.), « Perfect Blue » est un thriller psychologique brillant et glaçant. Suivant le départ d’une jeune chanteuse de son groupe pour débuter une carrière au cinéma, ce film  joue avec le spectateur l’entrainant dans un univers ou les perceptions et la limite entre le rêve et l’hallucination sont de plus en plus floues. Cette descente aux enfers remarquablement mise en scène nous conduit aux confins de la folie et fait de « Perfect Blue » un classique du genre intemporel, au point d’avoir largement inspiré, autant d’un point de vue thématique que visuel, le plus récent « Black Swan » de Darren Aronofsky.