Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Cinéma

squareAprès s’être fait remarqué avec Snow Therapy, Ruben Östlund continue dans sa lancée avec The Square, film qui obtint la palme d’or du Festival de Cannes 2017. Ce long-métrage suit Christian, le conservateur d’un musée d’art contemporain suédois qui prépare une exposition sur l’altruisme. Un matin, pensant venir en aide à une jeune femme, il se fait voler son portable et son portefeuille.

Ruben Östlund, avec ce film, dresse un portrait acerbe du monde occidental contemporain. Toujours avec un humour pince sans rire, il s’attaque à la société de consommation, aux artistes, aux journalistes, aux préjugés entre les différentes classes sociales et n’épargne personne. Inspiré par l’apparition, il y a quelques années, du premier quartier fermé et réservé à quelques privilégiés en Suède, le réalisateur a construit son projet cinématographique autour de ces thématiques : l’individualisme grandissant et lefossé social de plus en plus fort. The Square questionne le public sur l’état de santé de la société et lui renvoie sa propre inclination à l’altruisme et son rapport à l’autre. Doté de scènes tour à tour impressionnantes (on se souviendra longtemps d’un happening aussi incroyable qu’effroyable dans un diner mondain) et hilarantes, The Square ne peut laisser les spectateurs indifférents. !

sensAprès l’énorme succès d’Intouchable et Samba, les deux réalisateurs Eric Toledano et Olivier Nakache reviennent avec une comédie chorale, Le Sens de la fête, très réussie. Max joué par Jean-Pierre Bacri, traiteur proche de la retraite, doit organiser la fête d’un sublime mariage dans un château du 17eme siècle. Les festivités approchant, il va être confronté à de multiples imprévus et devoir les gérer avec l’aide de sa « brigade », une équipe de serveurs, de cuisiniers, de photographes et de DJs, tous aux caractères bien trempés.

Reposant sur des situations très drôles et surtout sur une galerie de personnages particulièrement bien vus et interprétés, Le Sens de la fête réussit à divertir et faire rire son public. Jean-Pierre Bacri excelle, comme à son habitude en patron bougon, Vincent Macaigne est lunaire et sentimental dans son personnage de dépressif, Benjamin Lavernhe est un jeune marié aussi imbuvable qu’hilarant, Eye Haidaria compose une assistante impulsive et l’inénarrable Gilles Lelouche amuse en chanteur de bals spécialiste en yaourt !

On sort de ce film léger et avec un sourire aux lèvres ! A découvrir !

stalkerjaquetteDans un lieu et une temporalité indéfinis, un endroit gardé secret appelé la « Zone » et crée par la chute d’une météorite suscite la curiosité d’un écrivain et d’un physicien. Ils prennent contact avec le Stalker qui va les emmener clandestinement dans la Zone. Commence alors un long périple, semé d’embûches, vers la Chambre des désirs, où tous les vœux sont réalisés…

Réalisé en 1979 par Andreï Tarkovski, Stalker est un chef-d’œuvre intemporel à bien des égards. Adapté d’un roman d’anticipation des frères Strougatski, Pique-nique au bord du chemin, ce film ne laisse personne indifférent : sa musique, son esthétique et ses questionnements créent une ambiance atypique et inoubliable. Regarder Stalker tient ainsi plus de l’expérience que de la simple vision : l’atmosphère post-apocalyptique (certains y voient une référence anticipée à la catastrophe de Tchernobyl), les réflexions métaphysiques, la superbe bande-son, les trois personnages principaux et leurs visages taillés à la serpe font de Stalker un film hybride qui dépasse les genres. Il est à l’encontre des productions actuelles : l’ambiance y est très contemplative.

BallerinaFélicie & Victor vivent tous les deux dans un orphelinat, en Bretagne. Si le quotidien n’est pas toujours rose, les deux jeunes gens pensent sans cesse au jour où ils arriveront à s’évader ensemble, pour de nouvelles aventures et surtout, droit vers leurs rêves.

Et cela va se réaliser. Direction Paris ! Victor veut devenir un inventeur célèbre, Félicie aspire à danser à l’Opéra National de Paris. Et si la capitale est le lieu de tous les possibles, les deux héros vont vite comprendre qu’ils devront se battre et redoubler d’efforts pour réaliser leurs rêves.

Suivez Félicie et Victor dans leur périple, semé d’embûches, de rencontres, d’amitié, d’exploits, de doutes et d’espoir surtout !

Un très joli dessin animé, qui nous emmène dans le Paris de Gustave Eiffel, au XIXème siècle.

Avec des images tendres et pleines de douceur, un synopsis simple mais rempli de jolis moments et des personnages attachants, Ballerina est parfait pour passer un très chouette moment ! Petits et grands s’émerveilleront devant la grâce des danseuses, riront devant les pitreries de Victor, se révolteront contre Madame Le Haut, et seront touchés par Odette.

En conclusion, voilà un dessin animé qui fait du bien ! A regarder une fois, deux fois, trois fois, tout seul, à deux ou en famille !

motherRéalisateur de plusieurs films cultes, Darren Aronofsky, signe avec Mother ! son dernier cauchemar sur pellicule. Relatant l’arrivée envahissante d’un homme et d’une femme dans la vie d’un autre couple installé dans une grande maison de campagne, ce long métrage est tétanisant et mystérieux. Thriller aussi bien qu’allégorie, Mother! peut être interprété selon différents points de vue : celui de la religion, de la création ou de la nature. Ces multiples lectures font l’originalité, la pertinence et l’essence même de l’œuvre. Littéralement porté par Jennifer Lawrence, le film renvoie aux calvaires de Nina dans Black Swan et des héros de Requiem for a dream.

Sous-catégories