Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Utopia / Björk

utopiaEn réponse à son opus sur le deuil amoureux, le triste Vulnicura, la chanteuse islandaise revient avec un disque sur l’amour et ses prémisses. Après les cordes sur Homogenic et Vespertine, la voix sur Medulla et les cuivres sur Volta, ce sont les flûtes qui sont ici mises en valeur, notamment sur les ballades enchanteresses Utopia et Paradisia .

Ainsi Utopia commence avec le lumineux Arisen my senses : chants d’oiseaux exotiques, sons électroniques produits par Arca et harpe se répondent dans un feu d’artifice sonore et lumineux. Blissing Me rappelle les plus beaux moments de Vespertine tandis que l’émouvant The gate se construit sur un son minimaliste, des silences et des respirations. Deux des plus belles chansons de Bjork sont également au programme : l’incroyable Losss, une complainte d’électro-médiéval composée d’une mélodie mélancolique et de beats industriels fracassants ainsi que Body Memory, une errance de sept minutes qui plonge l’auditeur dans un monde incroyable ou rugissent félins enragés et chœurs célestes.

Si l’album est certes l’opposé de son prédécesseur, Utopia possède malgré tout des pistes sombres. Björk semble toujours croire en la possibilité humaine de se renouveler mais des pointes d’ironie et de désenchantement percent sous la lumière de ce très bel album. A écouter !