Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Musique

bay2069cdvdLe groupe danois Efterklang (qui signifie « souvenir ») sort en 2007 leur deuxième album, Parades, magnifique disque réunissant, en plus de ses cinq membres fondateurs, trente musiciens, une section classique de cordes, un ensemble de cuivres, trois chorales et un organiste d’église. De véritables symphonies pop qui donnèrent lieu deux ans plus tard à cette captation live. Accompagné de l’orchestre de chambre national du Danemark, Efterklang développe encore plus sa force en concert. Mélange de structures musicales traditionnelles, dont le chant choral est l’une des signatures du groupe, avec des styles beaucoup plus contemporains comme l’electronica, les chansons s’égrènent parfois majestueuses parfois rêveuses. A mi-chemin entre la fanfare baroque Arcade Fire et les mélodies contemplatives de Sigur Ros, cet album confirme tout le talent et la force créative de cette tribu nordique.

harper twtlEn 1997, sortait le troisième album de Ben Harper qui le fit découvrir au grand public. Extrêmement métissé en brassant différents horizons musicaux, The Will to live devint immédiatement son premier chef d’œuvre et son écoute 20 ans après sa sortie permet de constater qu’il n’a pas vieilli. La magnifique voix du chanteur passe de la douceur à la rage sur des morceaux teintés de reggae, Jah Work, de blues, I want to be ready & Homeless child, de folk-rock, Glory and Consequence, ou bien encore de funk, Mama’s Trippin. Une grande énergie et intensité se dégagent de ces morceaux pour la première fois dans la production artistique de Ben Harper.

0fa40513Jeune pianiste allemand formé au répertoire classique, Nils Frahm s’est très vite intéressé à l’expérimentation et à la musique électronique. En résulte un son incroyable, mélange de synthétiseurs, de séquenceurs et de claviers traditionnels que l’on peut découvrir sur ce magnifique album qu’est Spaces sorti en 2013. C’est un véritable voyage que nous propose Nils Frahm. Says progresse sur des notes à la fois répétitives et subtilement changeantes avant d’exploser à la sixième minute en un final bouleversant et lumineux. "For – Peter – Toilet Brushes – More" démarre sur

des sons percussifs crées par les cordes frappées d’un piano préparé ( on peut penser à John Cage) pour se transformer, dans un long et puissant crescendo, en une musique aussi trépidante que sublime. A la croisée du classique, du jazz, de l’ambient et de l’électro, Spaces offre une nouvelle musique vibrante, exigeante, sincère, et atteste du pouvoir créatif et émotionnel de son compositeur.

 

Guillaume Perret FREE cover 2000x2000q70 600x600Rompu aux sessions de jam et jeune prodige du saxophone, Guillaume Perret bouscule les codes du jazz avec son dernier album Free. Dotant son instrument de capteurs, de micros, le transformant ainsi en saxo électrifié, le musicien fait glisser le swing vers la musique électronique. Il suffit d’écouter la première piste Walk, morceau entêtant et mystérieux, qui se transforme peu à peu en une hypnotique Heavy Dance sans crier gare pour être embarqué.

L’atmosphère est à la fois inquiétante et sensuelle et ce n’est que le début du voyage que propose Free. Voir Guillaume Perret sur scène est également surprenant. Seul, armé de son instrument customisé et de pédales d’effets et de boucles, il parvient à captiver son public et à dynamiter le monde du Jazz. A découvrir !

915hq1emRbL SY355 Ramin Djawadi est un compositeur de musique de film d’origine allemande et iranienne qui fut longtemps l’assistant et l’orchestrateur de Hans Zimmer. Avec la bande originale de la série à succès Westworld, il signe une œuvre passionnante. Les thèmes sont marquants et entêtants lorsqu’ils ne sont pas bouleversants (on pensera notamment au sublime This World). Ramin Djawadi joue également sur une confrontation passé/futur en reprenant des chansons issues de la culture pop pour les métamorphoser en pièce orchestrale (une version épique de Paint it Black des Rolling stones) ou en morceau de saloon (une reprise au piano de Back to black d’Amy Winehouse). Radiohead, The Cure ou encore Soundgarden ont également droit à leurs réorchestrations.