Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Musique

En la imaginacionPrenez un répertoire de chansons traditionnelles cubaines interprétées par une chanteuse espagnole rompue à la pratique du flamenco et de la chanson populaire aux inflexions proches du fado.

Ajoutez un trio piano, contrebasse, batterie évoluant dans un jazz des plus « cool » merveilleusement inspiré, dialoguant avec légèreté et avec cette voix qui n’use d’aucun artifice.

Faites intervenir un ingénieur du son qui met tout ce petit monde en valeur : le son est large et dynamique (un vrai confort pour les oreilles)…

Vous obtenez, alors, le plus bel album de jazz vocal depuis fort longtemps, intelligent, follement sensuel et aérien.

matangiM.I.A , la chanteuse  londonienne d’origine sri-lankaise fut révélée sur la scène internationale en 2007 grâce à un tube Paper Planes présent sur la bande originale du film Slumdog Millionnaire. Après un album en demi-teinte sorti en 2010, l’artiste délivre deux ans plus tard un clip impressionnant et coup de poing : Bad Girls. Cette vidéo à l’image de son auteur, subversive et alter mondialiste, annonce la sortie de son dernier opus : l'éclatant Matangi. Brassant des genres aussi variés que le hip-hop, le ragga, l’electro ou le funk, ce disque atteste de la radicalité artistique de la rappeuse. Jouant les funambules entre la musique pop et l’expérimental, entre des sonorités arabes et des comptines survoltées venant  tout droit de Bollywood, M.I.A réussit à transformer d’incroyables collages sonores en pièces homogènes et facilement accessibles. Les incantations guerrières et tribales du morceau éponyme appellent à une mobilisation mondiale avant de faire place à une chanson toute en breaks, déconstructions rythmiques et colère sourde. Plus loin, des ritournelles indiennes bondissent sur un son urbain. Brulant et révolté, fou et inclassable, Matangi est un album au métissage étonnant qui laisse l’auditeur sans voix. A découvrir urgemment !

imagesL’auteur compositeur et interprète belge convoque, pour son deuxième album, les grands esprits.

Ceux de l’Afrique à travers les influences musicales (« Ave Cesaria »…), celui de Brel par la capacité stupéfiante à aborder des sujets profonds parfois douloureux (« Formidable »…), à viser juste, à évoquer des images fortes, à se jouer des mots et jouer avec eux (comme le faisait si bien Nougaro) sans jamais céder à un simple exercice stylistique.

La crudité (parfois) de ses textes ne confine jamais à la vulgarité mais enrichit au contraire ses propos, amplifie l’impact. Sa langue poétique possède un indéniable pouvoir de séduction

Entre morceaux scandés et morceaux chantés, tempos calmes ou soutenus, cet album dynamique et intelligent emporte son auditoire sans limitation d’âge.

Les arrangements  parfois très électro, ne peuvent que ravir les amateurs de dancefloor et nous convient à une transe salvatrice car, comme le disait si bien son illustre ancêtre outre-quiévrain « …il faut bien que le corps exulte »

all delighted peopleEn 2010 sortait un disque du musicien américain Sufjan Stevens. Surtout connu pour des morceaux folks joués au banjo et pour être à l’origine du projet titanesque d’un album pour chacun des Etats-Unis (Michigan, Illinois), le songwritter surprenait son public en délivrant de nouvelles chansons. Et la première, qui porte le nom de l’album, annonce une œuvre qui restera un tournant dans la carrière de l’artiste.

AftershockCela fait bientôt 40 ans que Motörhead emmené par son leader bassiste/chanteur Lemmy Killmister distille un rock sauvage, efficace et sans concessions.

Accompagné de Phil Campbell, guitariste aux chorus efficaces et inspirés, et de Mickey Dee bucheronnant ses futs avec autant de puissance que de technique, le trio nous offre un de ses meilleurs albums depuis fort longtemps…

Un pur album de rock parfois teinté de blues, gras à souhait, comme savent en faire les ZZ Top.

Les morceaux sont courts, jamais bavards et couvrent un large spectre de tempo, même si l’ambiance générale évoque le plus souvent une charge de cavalerie.

35 minutes d’énergie brute à en donner le tournis à dévorer au plus vite !