Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Série télé

Série télé

001

Inspirée du film "Mondwest" réalisé en 1973 par Michael Crichton (le scénariste de Jurassic Park) "Westworld" est la nouvelle série phare de HBO.

Dans un futur proche, des visiteurs fortunés se rendent dans un parc d’attraction incroyable prenant comme décor le Far West. Des androïdes à apparence humaine plongent les clients dans cette conquête de l’Ouest aussi immersive que factice tandis que, en coulisse, l’équipe technique veille à la tenue du parc et à la création de nouveaux scénarii. Jusqu’au jour où certains robots semblent échapper à leur contrôle et deviennent imprévisibles.

"Westworld", en bénéficiant d’un casting incroyable (Anthony Hopkins, Ed Harris, Evan Rachel Wood et Thandie Newton, tous aussi bons les uns que les autres) et de moyens monumentaux, offre au spectateur une aventure incroyable et épique. Brillante et profonde sur la question de l’intelligence artificielle, prenante (les retournements de situation sont nombreux et les «twist » surprenants), émouvante et mystérieuse, cette série est réussie en tous points.

bureaudeslegendesCette ambitieuse série signée Eric Rochant retrace le parcours de Guillaume Debailly, alias Malotru, au sein de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE). Incarné par Mathieu Kassovitz, le personnage central de Malotru fait partie du Bureau des Légendes, secteur à part entière de la DGSE qui se charge de former et de gérer les agents français clandestins à l’étranger. De retour à Paris après avoir passé six ans en Syrie, Malotru enfreint les règles du renseignement en continuant à faire vivre l’identité qu’il avait créée pour cette mission.

Sobre, très documentée et efficace, « Le Bureau des Légendes » monte véritablement en puissance au fil des saisons. La première saison, qui pose les mécanismes de l’intrigue, laisse place à deux saisons au suspense implacable. On est happé par l’évolution et le devenir des personnages (l’ambiguïté de Malotru, les doutes du directeur, magistralement interprété par Jean-Pierre Darroussin) et on se laisse séduire par cette passionnante histoire qui détonne dans le paysage des séries françaises.

 

Cette superbe série créée par Steven Knight retrace l’ascension d’un gang de malfrats à Birmingham en 1919. Les Peaky Blinders (littéralement « visières aveuglantes », faisant référence aux lames de rasoir cousues dans les visières), dont les principaux revenus sont les paris illégaux, sévissent dans les rues de Birmingham afin de gagner à fois la crainte et le respect dans le milieu du crime organisé.

C’est dans un monde meurtri par la Grande Guerre que Thomas « Tommy » Shelby, impeccablement interprété par Cillian Murphy, chapeaute toutes les opérations du gang familial, composé de personnages au charisme inoubliable. En effet, la série est placée sous le signe de l’intensité : le caractère fort et spécifique de chacun des protagonistes, la narration haletante, l’ambivalence de cette famille sans pitié qui cache aussi des fêlures.

thumbnailCette singulière série en huit épisodes retrace le retour de James Delaney à Londres en 1814 après une disparition de dix ans en Afrique. Ce mystérieux personnage semble ressurgir d’entre les morts suite au décès de son père, dont il hérite une société ainsi qu’une île située à proximité du Canada. C’est en solitaire et de manière impitoyable que Delaney affronte un retour violent parmi les siens.

Cette série esthétique et atypique produite par Ridley Scott est le fruit d’une collaboration entre Steven Knight (aussi créateur de Peaky Blinders), Tom Hardy et son père, Edward « Chips » Hardy. « Taboo » dépeint un Londres décadent et sombre porté par l’incroyable charisme du personnage principal incarné par Tom Hardy. Dans cet univers le prince régent est un rustre boursouflé et les membres de la Compagnie des Indes sont des vieillards impitoyables, face à un James Delaney peu loquace, hanté par son passé et nostalgique de son mystérieux séjour en Afrique. L’esthétique est telle que « Taboo » n’a rien à envier au cinéma et malgré une intrigue d’apparence confuse, le spectateur est rapidement séduit par la singularité et la beauté de l’ambiance ainsi que par ses personnages énigmatiques.

 

Une deuxième saison est prévue pour 2019.

 

Fargoseason2promoDeuxième volet de la série inspirée du film des frères Cohen, cette saison parvient, chose n’est pas coutume, à surpasser la première déjà de haute voltige.

Décidemment, il s’en passe des choses à Fargo. En 1979, à la suite d’un triple meurtre, le policier Lou Solverson tente par tous les moyens de stopper la lutte sanglante qui oppose deux clans mafieux, la famille Gerhardt et les gros bonnets de Kansas City.

En passant du suspens au drame ou de l’humour noir à la violence en une fraction de seconde, Fargo, saison 2 développe un ton qui lui est propre et dresse une galerie de portraits incroyables. De Patrick Wilson en flic volontaire et impuissant à Zahn McClarnon en tueur implacable en passant par Kirsten Dunst toute en pensées positives alors que les catastrophes s’amoncellent, chaque acteur est impeccable et parvient à rendre son personnage aussi fêlé que profondément humain. La mise en scène est magnifique au même titre que l’écriture et les décors éternellement enneigés de Fargo. Cette série, méchamment addictive, surprend toujours le spectateur à l’image de ces soucoupes volantes qui hantent le récit et cette ville perdue des Etats-Unis. Coups de théâtre, retournements de situations, héros hilarants et émouvants : n’hésitez pas à vous embarquer dans cette nouvelle aventure à Fargo !