pardeuxfoisVoilà un intéressant polar historique qui nous change un peu. Nous sommes à Rouen en 569. Oui vous l’aurez compris nous plongeons dans une enquête ayant lieu sous les rois mérovingiens, les successeurs du célèbre Clovis. Attention les noms des personnages sont d’époques et donc parfois un peu difficile mais ne vous laissez pas abattre.

Galswinthe, la reine de Chilpéric, petit-fils de Clovis, est assassinée. Quelques années plus tard, toujours furieuse de l’assassinat de sa sœur, la reine Brunehilde d’Austrasie ordonne à un jeune médecin gallo-romain, Arsenius Pontius, de mener une enquête. Celui-ci se rend donc à Rouen et croise Chilpéric, ses fils, et surtout Frédégonde, la nouvelle femme de Chilpéric, autrefois simple servante et régnant d’une main de fer sur la cour de son époux. Très vite Arsenius se retrouve non seulement confronté aux secrets derrière le meurtre de l’ancienne reine mais surtout se retrouve-t-il pris au milieu des luttes de pouvoir, et des guerres, entre les trois petits-fils de Clovis qui se partagent le Royaume des Francs. Saura-t-il trouvé le coupable sans se faire emporter par la course de l’Histoire ?

Ce roman est un très bon premier tome pour cette future série. Éric Fouassier en tant que professeur d’université autour du droit pharmaceutique s’est toujours beaucoup intéressé à l’histoire de la médecine et on le retrouve à travers son héros, lui-même jeune médecin à une époque très ancienne. Arsenius n’est d’ailleurs pas sans rappeler Guillaume de Baskerville dans Le Nom de la Rose, d’U.Eco. On appréciera son érudition simple, reflet de celle de l’auteur, qui nous en apprend beaucoup sur ce début de Moyen âge sans jamais être pesant. C’est d’ailleurs une des vraies forces de ce récit. On connait très peu cette période des Royaumes Francs apparus à la fin de l’Empire romain d’Occident et ils sont rarement utilisés comme décor pour des romans, encore moins policiers. Or Éric Fouassier la rend vivante avec brio : on comprend les lois de l’époque ; on voit aussi le « cosmopolitisme » de ces royaumes puisque les Francs, à l’exemple de Clovis, ont intégré dans leurs administrations les notables Gallo-romains de l’Empire déchu ; on voit que les Francs perpétuent l’héritage romain comme par exemple à travers l’Eglise qui commence à s’installer durablement comme institution mais on croise aussi d’autres Germains encore constitués en tribus traditionnelles.

Attention toutefois l’histoire n’en est pas moins présente, ce n’est pas une leçon sur la dynastie mérovingienne mais bien une enquête. Et l’auteur la rend haletante et très crédible. En effet point de police scientifique chez les Francs, Arsenius doit surtout chercher des indices dans les témoignages des uns et des autres permettant à l’auteur de nous proposer une belle galerie de personnages très différents. C’est avant tout l’expression logique de l’enquêteur qui prime et ça fonctionne très bien !

 Une série à suivre assurément !