Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Romans

couleursdelincendieAu revoir là-haut se termine avec le suicide d'Edouard Péricourt, dans ce deuxième tome, nous nous retrouvons 7 ans plus tard (1927) à l'enterrement de son père Marcel Péricourt,  quand au moment des préparatifs dans la cour, Madeleine Péricourt voit son fils Paul tomber d’une fenêtre et malheureusement suite à cet accident Paul devient paraplégique. Pour Madeleine commence le début des ennuis, comme si le handicap de son fils n’était pas suffisamment difficile à surmonter elle sera trahie par Gustave Joubert à qui elle faisait confiance pour la gérance de ses affaires boursières et c’est la banqueroute puis la déchéance sociale. Elle découvrira aussi pourquoi Paul a si peur de son précepteur… Mais Madeleine a du caractère et n’est pas si stupide que ça, elle va préparer une vengeance magistrale. 

Fabuleux. Vivement le troisième tome…

oursVoici un roman historique sympathique en ceci qu’il n’écrase pas le lecteur d’information historique. Le personnage est un Auvergnat qui part pour coloniser et pacifier l’Algérie, puis qui verra l’Indochine avant de s’engager dans les ordres et d’aller évangéliser les Amérindiens en Amérique. Cet homme à l’allure d’ours mais pourtant lettré va ainsi suivre le chemin pris par la colonisation de la fin du 19ème siècle. Et il va s’interroger sur le bienfondé de tout ça en tant que spectateur et acteur des prémices de ce grand mouvement de l’histoire mondiale. C’est bien dosé, bien renseigné sans être chargé en faits historiques et cela propose un point de vue interne dissonant sur la colonisation à travers le parcours d’un individu lassé de la violence mais qui est toujours rattrapé par elle.

 

Un vrai western comme on en voit peu en ce moment ! Un ancien chef de gang reprend les armes lorsque ses filles, la seule raison de son retrait du banditisme, sont enlevées par des proxénètes et forcées de se prostituer dans un bordel. Commence alors une course contre la montre pour les retrouver.

Tout y est : le père ancien bandit rangé, son ancien partenaire tueur à gages, l’Indien as de l’arc, l’affranchi de la famille sympathique, les fils ranchers et le jeune homme refusant d’utiliser les armes.

On est au Texas et au Nouveau-Mexique, le bordel est installé dans un ancien temple. Cliché pensez-vous ? Et bien non, justement. Si sur le papier tout semble réuni pour nous servir un western spaghetti à l’ancienne, ce n’est pas le cas ! C’est sinistre, brutal et sans concessions ! Pas de fioritures, tout est pensé pour rendre le récit le plus efficace possible et procurer une lecture certes sombre mais rudement efficace !

unefoisdansmavieUne petite troupe de théâtre avec des personnages un peu étrange comme un acteur qui se promène avec un mannequin en chiffon, un gardien qui fait souvent le clown mais surtout trois amies d’âges  différents, la gardienne  du théâtre la cinquantaine qui fait son possible pour sauver celui-ci car le budget annuel risque de ne pas être redistribué faute de rentabilité, une costumière la trentaine qui vit seule avec son fils suite à un divorce et la plus jeune qui cherche l’amour de sa vie se rapprochent par le hasard de la vie. Elles vont s’entraider chacune leur tour au moment voulu. Drôle et plein de sensibilité.

 

fillequibruleOn suit l’histoire d’amitié de deux jeunes filles amies à la vie à la mort et de la lente déliquescence du lien entre elles. D’inséparables elles deviendront deux inconnues lorsque l’une d’elle s’éloignera du jour au lendemain. Il s’agit ici d’un joli roman sur l’amitié fusionnelle et le processus de deuil de cette amitié, d’autant que le point de vue adopté est celui d’une des deux jeunes filles. On frise avec le roman noir (ambiance sombre, forêt sinistre, asile désaffecté, gens louches) mais sans tomber dans le thriller. Non au contraire on a simplement le récit d’une amitié et de sa fin. C’est entrainant, agréable, sans fioritures et surtout ce n’est pas niais malgré le sujet et la narratrice adolescente.