Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Romans

un dimanche à ville davrayCet ouvrage est un véritable souffle, une très belle découverte littéraire. Le cœur de cette histoire se déroule à la tombée du jour, dans le jardin de Claire-Marie. Heureuse de retrouver sa sœur qu’elle ne voit que trop rarement,  cette femme va dévoiler le récit de sa rencontre avec un patient, croisé dans la salle d’attente de son époux. Ainsi, la femme du docteur à l’âme romantique se laissera attirer par cet homme mystérieux, quelque part entre les bois de Fausses-Reposes, les étangs de Corot et les abords clairsemés des gares de l’ouest parisien. L’ambiance de ce roman est époustouflant, un peu à la Simenon. Nous patientons dans cet univers un peu inquiétant, tantôt douillet tantôt plus à découvert et l’on écoute, avec une grande attention, les mots qui disent ces vies de femmes, des souvenirs d’enfance aux passions romanesques suspendues.  

Un court roman intemporel, une merveille.

 

ElmetPour vous faire patienter jusqu’au prochain Des Livres et Vous (15 février), voici un tout nouveau roman, premier d’une jeune anglaise finaliste du Man Booker Prize !

Il est toujours agréable de découvrir une nouvelle plume et j'ai particulièrement apprécié ce roman, écrit à hauteur d'enfant.
Dans cette histoire, j'ai particulièrement été touché par la finesse de l'écriture et la manière avec laquelle l'autrice est parvenue à retransmettre les sentiments du jeune garçon, Daniel et de sa sœur Catherine. Leur façon de s'entraider malgré leurs différences, leur autonomie m'ont également rappelé le beau roman d'Hélène Frappatle Dernier Fleuve. Chaque personnage est traité avec attention et la figure du père, à priori inébranlable, semble se refléter dans cette nature sauvage, apprivoisée par cette famille vivant à la marge.
De marge il en est question, et c'est une vraie force de ce roman. Comment vivre différemment des autres sans être rejeté de tous ? Comment parvenir à fédérer autour d'une cause commune ?

Qu'est-ce qui fait du nous des hommes, des pères ?
Ce roman est une ode à la nature et aux hommes, il ne sera pas de ces romans "feel-good" mais pourtant il fait du bien, car il révèle une vérité profonde sur notre quête d'humanité.

lours et le rossignolAu cœur de l’hiver, cette merveilleuse histoire vous plongera avec intensité aux côtés de Vassia, devotchka très habitée par les contes de Dounia, la vieille servante. Dernière-née de la 1ère union de son père, seigneur respecté, Vassia, en symbiose avec la nature dès son plus jeune âge, se révèle douée du don de double vue et communique ainsi avec les esprits de la forêt et ceux de son foyer.

Mais lorsque son père décide de se remarier,  il revient de Moscou avec une fervente catholique, bien décidée à balayer les anciennes croyances de son village. Aidée dans son entreprise par le fascinant prêtre Konstantin, la marâtre est déterminée à éradiquer les démons de leur foyer. Alors l’hiver vient, plus rude que jamais… Vassia parviendra-t-elle à protéger les siens des terribles menaces qui pèsent sur eux ?

1er tome d’une trilogie fascinante dont le 2ème volume La Fille de la Tour est d’ores et déjà disponible à la médiathèque.

Un petit conseil : n’hésitez pas à emprunter les 2 livres en même temps car lorsque vous aurez commencé cette lecture, vous ne pourrez plus cesser de tourner les pages.

 

pierrePierre Soulage a désormais une salle consacrée à ses œuvres au musée du Louvre. C’est à cet artiste de la lumière que se consacre Christian Bobin dans son dernier ouvrage.

Poète plus qu’écrivain, cet auteur livre à travers ces somptueuses pages une confession d’amitié à l’adresse du peintre mais aussi un espace où l’on peut percevoir son propre reflet.

Durant ce voyage en train qui le conduira du Creusot jusqu’à Sète un soir de Noël, Christian Bobin nous offre parfois en évoquant son compagnon de pensées Pascal ou encore Kafka, quelques précieuses réflexions sur notre rapport au monde.

Chaque phrase est ici aussi finement ciselée qu’un flocon de neige.

Empreint de spiritualité, cet ouvrage est un très beau cadeau à s’offrir ou à offrir, pour celles et ceux curieux  de découvrir les poètes et artistes, Christian Bobin et Pierre Soulages.


 

Opus 77Musical, sensible et sensuel, voici quelques mots pour donner à entendre ce sublime roman d’Alexis Ragougneau. Cette histoire s’ouvre sur une cérémonie religieuse, celle de l’enterrement de Claessens, un chef d’orchestre de talent, sévère. Dans cette église,  l’Opus 77 de Chostakovitch interprété par sa fille, la pianiste internationale Ariane Claessens fait écho à l’histoire familiale.

En effet, ce concerto pour violon du grand compositeur russe sera le point d’orgue de toute sa famille, notamment celui de son frère, David. Violoniste virtuose à l’esprit torturé, celui-ci bouleversera les exigences du père à l’issue d’une décision importante. A ce propos, c’est avec habilité que l’auteur ménage le suspense lié au devenir des membres de cette famille.

Parmi les personnages remarquables, le professeur arménien Kirkorian joue sa partition à merveille. Evoquant la relation intime à la musique sous l’empire soviétique, ce petit homme offre au lecteur peut-être les plus beaux passages sur le rapport entre le musicien et son instrument, l’intériorité de l’individu exprimé à travers cet art, la question de la transmission.

Cadencé et tout en nuances, ce livre  touchera au cœur chaque lecteur, quel que soit sa relation à la musique. Faisant la part belle au silence, Alexis Ragougneau aurait sans doute mérité une oreille plus attentive à l’occasion de cette rentrée littéraire.