Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Romans

clip image003Elisabeth Taylor, dit Betsy, vient d'être licenciée, est célibataire, et vit avec pour seul compagnon vivant  un chat. Lorsque ce dernier décide de s'enfuir à l'autre bout de la rue, par une journée enneigée, notre héroïne se fait renversée par un véhicule en voulant aller le chercher.

Cela pourrait être le clap de fin, mais, au contraire,  c’est le début d'une aventure. Betsy n'est pas morte. Elle se réveille à la morgue, et, plus tard, réalise qu'elle est un vampire, mais pas comme les autres : elle est censée être la reine des vampires, celle dont parle les prophéties.

Premier roman d'une longue saga, cet opus est très différent des romans vampiriques classiques: il est plein d'humour et joue sur les clichés. Betsy est héroïne malgré elle : une sorte d'Accro au shopping chez les vampires.

L’histoire se déroule en Sibérie, de nos jours, dans un village isolé. Vladimir Golovkine, un petit vieillard qui essaye de maintenir le village propre, a un rêve : quitter Mourava pour aller dans des villes plus grandes, et peut être un jour aller à Moscou. Mais voilà, il n’a pas d’argent, ou plutôt, son argent n’a plus de valeurs, datant de l’époque soviétique. Au moment où Vladimir perd tout espoir, un français, petit, barbu frappe à sa porte, et lui demande de l’héberger, avec un piano. Le français, Colin Cherbeau, est un pianiste professionnel qui a un souci de taille : il doit jouer le concerto n°2 de Rachmaninov, et bloque toujours au même passage, sa main se raidit, et c’est le drame.

Une rencontre très atypique et des plus saugrenues. Et le début d’un récit merveilleux. Colin et Vladimir vont, d’une certaine façon, s’entraider.

Un roman qui exprime bien l’âme russe. 

29176-gfParmi les sœurs Brontë, Anne est la plus discrète et la moins connue. Pourtant, son livre Agnès Grey est un pur petit bijou. Son héroïne, Agnès, est une jeune femme, fille de pasteur, qui va devenir une gouvernante dans des familles riches pour aider ses parents, qui ont subi un revers de fortune. Les enfants qu’elle a en charge sont des plus détestables, capricieux et rongés par l’orgueil. Ainsi, à travers le parcours d’Agnès, le lecteur peut mieux appréhender le statut de gouvernante à cette époque.

C’est également une histoire d’amour romantique, thème cher dans la fratrie Brontë, avec toutefois une atmosphère moins triste et moins noire.

Un roman très plaisant, qui pousse le lecteur à lire ou relire Jane Eyre ou les Hauts des Hurle-Vents.