Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Cinéma

viceVice est un étonnant biopic sur un homme politique américain méconnu, Dick Cheney. Ce dernier est parvenu à se hisser parmi les personnalités les plus influentes et puissantes du monde en devenant vice-président sous le mandat de George W. Bush. Le réalisateur raconte ici habilement l’incroyable et discrète ascension d’un homme que rien ne prédestinait à une carrière politique : fêtard et insouciant durant sa jeunesse, Cheney voit ses perspectives de vie bouleversées par l’ambition dévorante de son épouse, Lynne.

Après avoir réalisé plusieurs comédies potaches avec Will Ferrell, Adam McKay change radicalement de registre avec ses deux derniers films. The Big Short évoquait la crise des subprimes et Vice est le portrait d’un inconnu dont les décisions, notamment sur la guerre en Irak, ont bouleversé l’ordre mondial. Christian Bale, méconnaissable et récompensé par un Golden Globe, incarne à la perfection Cheney et est accompagné notamment d’Amy Adams dans le rôle de son épouse. Le réalisateur emploie des procédés inattendus tout au long de l’intrigue : à la fois drôle et instructif, il bouscule les codes du biopic, pour le plus grand plaisir du spectateur.

 

 

lafavoriteL’intrigue se déroule au début du XVIIIème siècle en Angleterre et retrace l’histoire vraie de la dernière héritière de la dynastie Stuart, la reine Anne. Cette dernière a une santé fragile, est assez mélancolique et parfois colérique : c’est par conséquent sa favorite Lady Sarah qui prend les décisions politiques et gère le royaume. Arrive alors à la Cour une nouvelle servante, Abigail, une ancienne aristocrate qui va peu à peu, par sa finesse et sa soif de pouvoir, gravir les échelons, talonner de près Lady Sarah et remettre en cause sa grande proximité avec la reine, jusqu’à la mettre en danger.    

Ce film mettant en scène une souveraine oubliée est une grande réussite : la superbe reconstitution historique, l’incroyable trio d’actrices ainsi que l’esthétique très soignée font de La Favorite une perle rare dans le paysage cinématographique actuel. Yorgos Lanthimos, qui avait remporté le Prix du Jury à Cannes en 2015 pour The Lobster, est ici particulièrement bien entouré : en plus d’un casting quatre étoiles (Olivia Colman a notamment remporté un Oscar ainsi qu’un Golden Globe pour le rôle d’Anne Stuart), c’est Sandy Powell, après avoir travaillé dernièrement pour le Retour de Mary Poppins, qui s’est occupée des costumes. La splendeur de ces derniers ainsi que le choix de la lumière naturelle renforcent la dimension immersive du film. Le spectateur appréciera également un habile mélange des genres : à la fois drôle et cruel, tragique et comique, l’ensemble du film est très riche et original.

Si vous aimez l'Histoire ainsi que les films qui sortent des sentiers battus, regardez La Favorite au plus vite !                                                                                       

 

lesinnocents rectoAdaptation fidèle de la nouvelle d’Henry James, Le Tour d’écrou, Les Innocents raconte l’histoire de Miss Giddens, une gouvernante venant s’occuper de deux enfants dans un manoir reculé de l’Angleterre à la fin du 19e siècle. Alors que la jeune femme découvre son nouvel environnement, des phénomènes étranges surviennent tandis que les comportements des jeunes Flora et Miles deviennent de plus en plus inquiétants.

Véritable chef d’œuvre, le long-métrage de Richard Clayton est une pierre angulaire du cinéma fantastique et horrifique qui a inspiré des centaines de films, notamment Les Autres d’Alejandro Amenabar, mais reste à ce jour inégalé.

La mise en scène est précise, élégante et parvient dans des décors aussi majestueux que lumineux à installer tranquillement et par petites touches un climat oppressant. Richard Clayton réussit le tour de force de faire peur tout en questionnant le spectateur sur la véracité de ce qu’il voit à l’écran. Miss Giddens sombre-t-elle dans la folie ? Les fantômes existent-ils vraiment ? Miles est-il possédé ? C’est au public de se forger sa propre opinion tant l’ambiguïté et les non-dits sont omniprésents.

Les InvisiblesLouis-Julien Petit est un réalisateur qui s’intéresse à la place de l’individu dans la société et aux personnes oubliées. Après Discount et Carole Matthieu, il a souhaité mettre en lumière les femmes en posant sa caméra dans un centre d’accueil de femmes sdf dans son nouveau film.

Audrey Lamy, Corinne Masiero, Noémie Lvovsky et Déborah Lukumuena, toutes parfaites, jouent les travailleuses sociales de la structure qui vont tout faire pour réinsérer les sans-abris dont elles s’occupent. Et elles n’ont que trois mois avant la fermeture du centre décidée par un arrêt municipal.

upgradeL’intrigue prend racine en Australie dans un futur proche où les voitures sont conduites vocalement. Grey et Asha perdent le contrôle de leur véhicule au cours d’une soirée : ils vont alors être victimes d’une violente agression où Asha perdra la vie. Après une longue perte de connaissance, Grey découvre la paralysie totale de son corps. Désespéré par la perte de son indépendance et des enquêteurs incapables de retrouver les assassins de son épouse, il accepte alors une sorte de pacte faustien futuriste avec un riche chercheur qui lui propose l’implantation d’une puce qui lui rendra sa motricité. Très rapidement, Grey est dépassé par ses nouvelles capacités et ce corps étranger qui lui procure une force surhumaine, le transformant ainsi en prototype mi-homme, mi-machine…

Leigh Whannell signe ici son deuxième film, après avoir réalisé le troisième volet d’Insidious. Upgrade rend hommage, avec justesse et bon goût, aux films d’actions des années 80. Avec très peu de budget, l’équipe du film a réussi à créer une atmosphère atypique par le biais d’une esthétique léchée et qui n’a rien à envier aux blockbusters. Le spectateur est très vite transporté dans une ambiance généreuse et sans second degré : les scènes d’action ainsi que le scénario sont d’une grande efficacité. En plus d’être divertissant, Upgrade est d’une grande pertinence en soulevant des problématiques d’un futur plus ou moins éloigné, avec la question du transhumanisme notamment.