Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Cinéma

guyDeuxième long métrage d’Alex Lutz, Guy raconte la tournée d’un chanteur de variétés suivi par un journaliste qui s’avère être son fils illégitime. L’humoriste, aidé par un maquillage saisissant, délivre ici une stupéfiante performance d’acteur en jouant le rôle d’un homme vieillissant qui perd peu à peu ses repères. Le film baigne dans une atmosphère aussi drôle que mélancolique et parvient à donner un regard juste sur le temps qui passe et la société actuelle. Guy se regarde comme un vieil album de photos couleur sépia, parfois léger et souvent émouvant. Sensible, poétique, tendre : c’est une œuvre cinématographique qui vous touche en plein cœur et vous accompagne longtemps… Bref, une petite pépite à voir absolument !

HereditePour son premier long métrage, Ari Aster frappe fort. Hérédité s’impose comme le film le plus effrayant depuis longtemps. En réalisant un drame familial qui se mue au fur et à mesure en véritable explosion horrifique, le jeune cinéaste démontre une grande maitrise de la mise en scène. Les informations sont délivrées avec parcimonie, la tension grandit tandis que les personnages perdent pied. Ari Aster convoque les thèmes du deuil et de l’hérédité pour construire son cauchemar anxiogène sur pellicule et est aidé, en cela, par des comédiens incroyables : Toni Collette et Alex Wolff en tête.

volontaireLaure, 23 ans, après des études supérieures, décide de s’engager dans la Marine Nationale. Elle y devient l’aspirant Baer et rencontre le commandant Rivière, avec qui une ambiguïté va rapidement s’installer. Au fil de sa formation à l’école navale, où elle doit se plier à la discipline rigoureuse propre à l’Armée, Laure prend la décision d’intégrer la formation de commando.

Ce beau film d’Hélène Fillières est un parti pris : il développe la thématique très peu exploitée au cinéma des femmes dans l’Armée. Le titre du film prend tout son sens avec le point de vue subjectif de Laure, interprétée par Diane Rouxel, qui remuera ciel et terre pour suivre la difficile formation de commando, normalement réservée aux hommes. L’ambiguïté entre l’aspirant et le commandant (implacable Lambert Wilson) est rapidement divulguée mais exploitée de manière élégante.

La réalisatrice n’a pas choisi n’importe quel décor : en effet, Volontaire, au même titre que la série Le Bureau des Légendes, a profité de la « mission cinéma » proposée par le Ministère de la Défense en 2017 visant à prêter des locaux pour une mise en avant du travail de la Défense. C’est donc à l’école navale de Brest que la majorité du film a été tourné ; Fillières a également travaillé en étroite collaboration avec des militaires qui l’ont conseillée.

Esthétique, élégant et intéressant, Volontaire a réellement le mérite de sortir des sentiers battus du cinéma français.

 

3 b aSpike Lee est un réalisateur engagé depuis le début de sa carrière. Son dernier film, BlacKkKlansman ne déroge pas à la règle. En s’inspirant de l’histoire vraie de Ron Stallworth, un policier afro-américain qui parvint en binôme à enquêter et infiltrer le Ku Klux Klan dans les années 70, le metteur en scène frappe un grand coup. Son film aussi drôle que virulent est porté par des acteurs impeccables (John David Washington, le fils de Denzel Washington, Adam Driver et Topher Grace) et plonge le spectateur dans une ambiance seventies des plus réussies.

Sous-catégories