Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Musique

Father Of The BrideVampire weekend est un groupe de rock originaire de New York. Leur quatrième et dernier album, Father of the bride, est une véritable réussite. Les 18 chansons dévoilent des mélodies lumineuses et parviennent à proposer une musique à la fois pop, accessible et audacieuse. La simplicité et l’élégance des compositions charment dès les premières notes et il suffit d’écouter le morceau qui ouvre le disque, Hold you know, pour être conquis. Le leader du groupe Ezra Koenig chante avec l’une des nombreuses invitées de l’album, Danielle Haim, sur un air simple de guitare avant que des chœurs de world music composés par Hans Zimmer s’élèvent lors des refrains.

Father of the bride est un magnifique disque de pop et de folk, aussi inventif qu’élégant. A écouter !

chelseawolfeCe septième album marque le retour des premiers amours de la chanteuse : si les deux disques précédents Hiss Spun et Abyss étaient teintés d’influence métal, l’ambiance de Birth of Violence est plus épurée et se rapproche de la folk des premiers albums. En effet, la talentueuse musicienne abandonne ici la distorsion pour reprendre la guitare acoustique de ses débuts.

Dans le cadre de ce nouvel opus l’artiste continue de déployer son univers si particulier ; les thématiques évoquées montrent quant à elles un ancrage plus fort dans le réel, avec notamment les textes d’American Darkness et de Birth of Violence. Chelsea Wolfe y évoque ses craintes vis-à-vis du monde actuel, toujours avec sa voix singulière et cristalline ainsi que des arrangements très soignés. L’influence rock et électrique n’est cependant jamais trop éloignée comme en témoigne l’envoûtant Deranged fo Rock n’ Roll.

La chanteuse californienne est à suivre de très près, tant pour son talent que pour sa capacité à renouveler les ambiances toujours très travaillées de l’ensemble de sa musique, mais aussi pour son univers atypique et romantique qui fait d’elle une artiste complète à part entière.

batforlasheslostgirlsVoici le cinquième opus de la talentueuse chanteuse et multi-instrumentiste Natasha Khan. L’artiste s’inspire ici fortement de la pop des années 80 à travers dix compositions poétiques et vaporeuses. Chaque album de Bat for Lashes suit un fil rouge : The Bride, paru en 2016, racontait l’histoire d’une future mariée ayant perdu son compagnon ; Lost Girls est la bande-son de l’épopée d’un petit groupe de motardes en Californie.

Chaque morceau est unique : du superbe Kids in the Dark qui ouvre le bal en passant par le fascinant Vampires et le nostalgique Peach Sky, tout l’album constitue un véritable voyage pour l’auditeur et confirme l’immense talent de la musicienne.

 

 

ghosteenNick Cave nous livre ici un remarquable 17ème opus, dans lequel il poursuit l’expérimentation sonore amorcée dès 2013 avec l’album Push the sky away. La guitare saturée et la batterie sont donc ici une fois de plus délaissées au profit d’une ambiance plus sombre où la voix légendaire du rockeur est accompagnée par des nappes synthétiques ainsi que des chœurs.

4 h aHozier, jeune musicien irlandais, s’est fait connaitre sur la scène internationale grâce au succès de la chanson Take me to the Church issue de son premier album sorti en 2014 et dont le clip vidéo dénonçait la répression de l’homosexualité en Russie. Ce single posait les bases du style de l’artiste : une musique pop piochant dans le blues et le gospel tout en les modernisant.

Cinq ans plus tard parait enfin son deuxième album : Wasteland, baby ! et cet opus confirme le talent de l’artiste. Sa musique réussit le pari d’être originale et accessible. Dès le premier morceau, l’incroyable Nina cried power, chantée avec Mavies Staples, la légende américaine de la soul, on est subjugué. Les deux voix, puissantes, opposées mais complémentaires, s’entremêlent sur une rythmique imparable tandis qu’un chœur gospel transcende ce poème militant et bouleversant. 

Tout le reste de l’album est dans la même veine et délivre de véritables joyaux sonores. . On retiendra notamment la magnifique et subtile ballade Movement et le lumineux Almost (sweet music). Avec Wasteland baby !, Hozier assoit sa position d’artiste aussi talentueux qu’inspiré et laisse entrevoir une belle et longue carrière.